ODE News

Cinéma/ 26ème Edition du FESPACO : Les femmes ne comptent plus jouer les seconds rôles

Du 23 février au 2 mars, se déroulera la 26e édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Depuis 1969 que ce festival a ouvert ses portes, seuls deux Ivoiriens ont gagné le grand prix dénommé « Etalon d’or du Yénnega ».  Le 1er Fadiga Krama avec « Djéli » en 1981, suivi de Roger Gnoan MBalla avec « au non du christ » en 1993 ; outre ceux-là, c’est Owell Brown qui s’est bien illustré en enlevant l’Etalon de bronze en 2011 avec « le mec idéal ». Une récolte assez mince pour un pays dit carrefour de la culture.

Durant huit jours, Ouagadougou la capitale du Burkina Faso brillera de mille feux aux couleurs et au rythme du septième art. Cause, la plus grande fête du cinéma sur le continent aura 50 ans d’existence. Le sénégalais Alain Formose Gomis qui a remporté la dernière édition avec son film ‘’félicité’’ sera en a point douté de la fête. Babiwood à l’image de Hollywood aux USA est la structure ivoirienne qui pilote le cinéma ivoirien. A cette édition elle comptera sur le court-métrage documentaire ‘’ L’énergie, défi de survie à Nanagoun ’’ de la réalisatrice Sita Silué, et aussi sur le long métrage ‘’Résolution’’ des réalisateurs Boris Oué et Marcel Sangne.

Comme dit plus haut, les femmes ne sont pas assez illustrées sur le plateau des vainqueurs depuis la première édition du FESPACO. Mais cette année, elles ont lancé ‘’Brunch’’ un atelier de réflexion qui a pour thème ’’qu’est-ce qu’on peut changer ?’’.Une assemblée des Yennenga, qui se déroulera le dimanche 24 février 2019 pendant le FESPACO en vue de rétablir l’équilibre.

 

Myriam Haby

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer