Interview

NELLY JOUMAA : « J’ai opté pour la musique, malgré les propositions en mariage de nombreux milliardaires »

ODE: Nelly qui revient avec un nouvel Album Intitulé COCKTAIL, après combien d’années?

NJ : après 4 ans. J’ai trouvé  que l’album DESTINEE, mon premier véritable album avait fait tache d’huile, pour moi meme, et pour mes fans , il était important de revenir sur la scène avec un nouveau projet musical.

ODE: vous avez sorti 12 titres sur cet album, vous avez été hyper inspirée?

NJ: Inspirée, OUI , on va dire, je voulais m’exprimer, j’avais énormément de choses à dire,  j’ai composé la majorité des titres et puis ensuite j’ai bénéficié du soutien de mes [PAPAS], mes ainés Michel Groguhet et Olivier Ble. Cet album, on l’a fait avec beaucoup d’amour.

ODE: vos influences sont lesquelles ? On sent en l’album un veritable melting pot.

NJ: J’aime voyager, et mon album est un métissage. C’est ma culture, il y a un peu de tout. J’AI offert une mixture de titres chauds, de titres langoureux, pour que tout le monde ait pour son compte.

ODE: vous êtes de TAHITI ?

NJ: [rires] , Non , je suis du Vietnam, de la Côte d’Ivoire et du Liban.

ODE: avant cet album, vous avez sorti DESTINEE, avec comme titre générique , AN BOIN NIE, une reprise de TCHINO REMS, qui vous l’a conseillé?

NJ: C’est Olivier Blé, qui me l’a pro- posé. On a posé, et puis le retour a été positif, c’est une chanson qui ramène tout le monde aux belles époques des années 80 . Rappelons qu’avant cet album, j’avais sorti un premier single RECONNAISSANCE et un maxi single. Ensuite j’ai disparu [rires].

ODE: Ou étiez vous?

NJ: [rires] ben, j’ai décidé de m’offrir du temps à moi même, et aussi m’occuper de mon « petit bébé ».

ODE: on vous a découvert avec STARS TONNERRE, au milieu des années 2000, vous aviez des prédispositions de guérrière, apparemment, marcher dans les magnans, manger du poisson cru, dormir dans un cimetière?

NJ: C’est mon frère qui m’a inscrit sans me prévenir, j’y suis allé quand même, ça été une belle expérience, en terme de combativité, de solidarité, d’ouverture d’esprit, c’était le gout de l’aventure.

On a voyagé, j’ai découvert l’avion, la chine, je me épanouie [rires]. Les ivoiriens m’avaient collé l’étiquette de la petite bandite, entre guillemets, qui venait mettre de l’ambiance sur le titre YEMAN MAGNAN.

ODE: A part BAMBA AMY SARAH, artiste chanteuse comme vous, les autres ont disparu des écrans.

NJ: moi je suis resté accrochée, parce que je voulais faire carrière dans la musique. Avant tout cela j’avais fait du mannequinat.

ODE: et vous êtes toujours mannequin?

NJ; [rires] je ne défile plus, avec mes presques 80 kg et mes rondeurs, mais je pose toujours pour certains magazines.

ODE: vos projets, à long termes Nelly ? Pas forcément aux antipodes de la Musique.

NJ: je veux faire de la Musique, jusqu’à mes vieux jours, un peu comme Charles Aznavour. je souhaite également monter une chaine de restaurants, avoir un orphelinat, et aussi créer un centre de formation pour aider les enfants en difficulté, et tout cela, si Dieu me

ODE: parlons de Nelly, coté Jardin. Vous êtes un Cœur à prendre, un Cœur déjà pris?

NJ: Un Coeur déjà pris [rires]. J’ai déjà quelqu’un, et celui avec qui je partage ma vie me prend vraiment bien, il est un super exemple d’attention.

ODE: il s’occupe bien de vous alors ?

NJ: très bien d’ailleurs, [rires]. Pour moi, c’est d’abord le respect, l’attention, le sens de la responsabilité. L’argent, le matériel, ça vient après, même si ça aide à stabiliser le couple [rires].

ODE: le succès de STARS TONNERRE ne vous a-t-il pas exposé à des propositions indécentes?

NJ: SI, forcément. Nous avons reçu de nombreux coups de fil, même de certaines personnalités de ce pays, de nombreux millionnaires et milliardaires, qui promettaient monts et merveilles, des suites à Dubai ou Miami, un mariage sur la côte d’Azur et beaucoup d’autres choses. Mais finalement, j’ai su résister, parce que j’ai la tête sur les épaules et je savais ce que je voulais. J’adore la musique et je voulais en vivre. J’ai choisi de suivre ce chemin et je me retrouve énormément bien. Je me sens adulée et je vis ma passion.

ODE: Nelly Joumaa, sportive?

NJ: j’ai fait du Tae Kwondo, je me suis arrêtée  à la ceinture marron. [rires], c’est pas mal non? J’ai quand même des originnes vietnamiennes, et ça se comprend. Et puis à cela, j’ajoute maintenant un peu de fitness, et du jogging.

ODE: Nelly Joumaa, merci pour cette entrevue que vous nous avez accordée, et bonne chance pour l’album COCKTAIL et la suite de votre carrière.

NJ: merci beaucoup à l’Officiel Des Events, et bonne chance également à votre Magazine.

D. Blé

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer