Politique

RDC / Réconciliation Félix Tshisekedi annonce la libération des prisonniers politiques

Fils de l’opposant historique Etienne Tshisekedi en République démocratique du Congo (RDC), Félix est arrivé au pouvoir après la présidentielle de décembre 2018. A 55 ans, le remplaçant de Kabila veut faire la différence, poser des actes forts pour la réconciliation dans son pays : la libération de tous les prisonniers politiques. Nous vous livrons ici l’intégralité de la déclaration du nouvel homme fort de la RDC.

« Le pouvoir de Kabila a fait son temps. C’est maintenant le mien qui commence, et j’ai ma méthode. » C’est par ces mots que Félix Tshisekedi a entamé une ébauche de bilan de ses trente premiers jours à la tête de la RDC. Arrivé à Windhoek ce mardi pour une visite d’État de deux jours, il a profité d’une conférence de presse commune avec son homologue namibien, Hage Geingob, pour se livrer à un plaidoyer pro domo et faire plusieurs annonces.

Respect des droits de l’homme, autorisation des manifestations, accès de l’opposition aux médias publics… Félix Tshisekedi a voulu marquer sa différence avec l’ancien président. « Ma méthode produit déjà ses effets », a-t-il affirmé. « Depuis que j’ai été élu, j’ai commencé à sévir contre les agents des forces de l’ordre qui violent le droit des citoyens. Au niveau de la télévision nationale, la parole est donnée à l’opposition. Les activités de Martin Fayulu passent sans censure et [il] continue à tenir des manifestations en toute liberté », a-t-il déclaré.

Il a par ailleurs pris une série d’engagements, abordant notamment la question très sensible des prisonniers politiques. « Dans les jours qui viennent, tous les prisonniers politiques seront libérés », a-t-il affirmé, précisant que le calendrier sera déterminé « selon leurs cas, parce qu’il y a ceux qui vont bénéficier de la grâce présidentielle immédiatement, et d’autres [dont] les procédures peuvent être levées ». Mais quel que soit le délai, « Ce qui est sûr, c’est que tous les prisonniers seront libérés dans les prochains jours », a martelé le président congolais.

J’AI DONNÉ POUR ORDRE LA FERMETURE DE TOUS LES CACHOTS DE L’ANR, ET QUE L’ON NE PUISSE PLUS RETENIR DES GENS JUSTE À CAUSE DE LEUR OPINION POLITIQUE

Félix Tshisekedi a également annoncé avoir donné des instructions fermes concernant la très redoutée Agence nationale de renseignement (ANR), qu’il a décrite comme « la police politique de tous les pouvoirs depuis l’indépendance ». « Nous allons donner à l’ANR un autre visage, plus humain. J’ai déjà donné pour ordre la fermeture de tous les cachots de l’ANR, et que l’on ne puisse plus retenir des gens juste à cause de leur opinion politique », a-t-il déclaré, faisant écho à l’une de ses promesses de campagne.

Alors que se sont succédé les dénonciations de corruption concernant les élections indirectes des gouverneurs et des sénateurs prévus fin mars, Félix Tshisekedi a dénoncé un phénomène qui « a ruiné notre pays », demandant à la classe politique de « réfléchir » sur un futur changement de ce mode de scrutin.

NB. Le chapeau est de la rédaction de l’officiel

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer