Dossier spécial

Système de santé en Côte d’Ivoire

Amélioration, reforme ou simples changements de noms ?

Les hôpitaux ont-ils été privatisés ?

 Les hôpitaux en Côte d’Ivoire ont-ils été privatisés ? En tout cas, le sujet sur ce qui n’était  encore qu’un projet a bien occasionné des débats; tant dans la rue, dans les journaux que sur les réseaux sociaux. Le dernier conseil des ministres a tenté de nous éclaircir sur la désormais réalité.

Réalité, car le conseil des ministres a produit un communiqué sur ces changements.  Les CHU sont désormais des Etablissements Publics nationaux (EPN), les CHR sont devenus Etablissements publics Régionaux  (EPR), les cliniques sont maintenant des Etablissements Privés Hospitaliers (EPr H)…tout ceci en 97 articles qui semblent dire que les Hôpitaux pourraient être dirigés par des DG (directeurs généraux) , qu’il pourrait y avoir des conseils de direction, des commissaires aux compte…tout comme dans un établissement privé. Ce communiqué  précise que les médecins du public n’ont plus le droit de travailler dans les cliniques privées, s’il n’y a pas de convention entre ladite clinique et l’hôpital où travaille ce médecin.  Bonne décision à ce niveau car les médecins du public passaient plus de temps dans les cliniques privés, que dans les hôpitaux, où ils sont payés par l’argent du contribuable. Mais comment  feront les six mille médecins que compte le pays pour  se mettre au service de 25 millions d’habitants qui y habitent, dans ces conditions qui restent inexpliquées? Faites le rapport entre 25 millions d’habitants pour 6 mille médecins !  C’est  un médecin pour  environ 4 200 malades. Mathématiquement impossible de bien soigner les Ivoiriens dans ces conditions, lorsque le gouvernement dit que ces reformes ont été envisagées pour mieux soigner les habitants de ce pays. Ce qui parait aberrant, c’est que ni les syndicats des médecins, les professionnels du milieu de la santé, ni les pharmaciens etc. n’ont été concertés pour ces décisions. N’y aura-t-il pas de conséquences sur la santé de l’Ivoirien lambda, qui n’a d’autre choix que de se faire soigner dans les hôpitaux ou les cliniques ? Il faut que la ministre de la Santé Publique Raymonde Goudou  Coffie,  nous explique tout ceci, elle qui est chargée de la mise en œuvre de ces changements. En quoi cela va-t-il  procurer de meilleurs soins et prises en charge médicaux aux usagers ?

Sacré Abel

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer